Avant toi, Jojo Moyes

JOJO MOYES - Avant toi - Gothika-Ebooks


  • Editions Milady
  • 524 pages

« Lou est une fille ordinaire qui mène une vie monotone dans un trou paumé de l’Angleterre dont elle n’est jamais sortie. Quand elle se retrouve au chômage, elle accepte un contrat de six mois pour tenir compagnie à un handicapé. Malgré l’accueil glacial qu’il lui réserve, Lou va découvrir en lui un jeune homme exceptionnel, brillant dans les affaires, accro aux sensations fortes et voyageur invétéré. Mais depuis l’accident qui l’a rendu tétraplégique, Will veut mettre fin à ses jours. Lou n’a que quelques mois pour le faire changer d’avis. »


            Je ne trouve pas les mots pour parler de cette histoire. Pas encore, car ça va venir : j’ai pleins de choses à dire sur cette pépite. Il faut dire que j’étais très sceptique au début. C’est une amie qui m’a demandé de l’aider à trouver ce livre à Auchan et je n’en avais jamais entendu parler auparavant (oui, des fois je passe totalement à côté de la sortie de certains titres phares).

          Quand j’ai lu le résumé, je me suis dit que ça allait encore être une histoire clichée comme on en voit beaucoup en ce moment depuis le phénomène « Nos étoiles contraires » (livre que j’ai adoré, soit dit en passant). Et en plus le titre me rappelait la chanson de Calogero du même nom – et d’ailleurs en ce moment même je l’entends hurler dans mes oreilles « avant toi c’était quoiiiii, sinon un préambuuule, un long chemin de croaaaa ». Bref, j’étais carrément réticente, je ne voulais pas le lire du tout ! Je pensais que ce n’était pas un livre « fait pour moi » (idée stupide, je l’admets), et pourtant je l’ai quand même embarqué de force à mon amie parce que… Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis, non ? Et je la remercie de m’avoir laissé faire, parce que je m’étais trompée sur toute la ligne. Littéralement. Je suis tellement contente d’avoir laissé sa chance à ce livre : j’ai découvert une histoire incroyable, un souffle puissant d’émotion qui a laissé mon cerveau sens dessus dessous.

            Louisa Clark est une jeune femme plus que normale : sa vie est rangée, ordonnée, tranquille et sans surprise. Jusqu’au jour où elle se trouve sans emploi et se voit contrainte de s’occuper de Will. Ce dernier, victime d’un accident de la route, est cloué dans un fauteuil roulant pour le restant de ses jours, privé de mobilité et nécessitant de soins particuliers par son infirmier. Lou essaie de nouer une relation amicale avec son employeur, mais il se montre absolument détestable et froid. Lou va alors découvrir la terrible raison pour laquelle elle a été engagée auprès de Will…

            Je n’attendais pas grand-chose de l’histoire, étant donné que je pensais que ce serait quelque chose d’assez classique. Que nenni ! Nous n’avons pas là une romance guillerette entre adolescents pré pubères, mais quelque chose de beaucoup plus posé, et plus fort, aussi. Eh oui, car Lou et Will n’ont plus 15 ans, ils ont la trentaine, ce qui était complètement différent des romances que j’ai pu lire. C’est loin des passions déchaînées, les histoires d’amour tout feu tout flammes des ados en chaleur; c’est plus posé, calme et doux. Et c’est ce qui rend le tout beaucoup plus puissant.

            L’histoire de Lou et Will, leur histoire personnelle et l’histoire commune qu’ils se construisent petit à petit, m’a bouleversée.  Jojo Moyes n’a pas simplement créé des personnages en papier, elle leur a insufflé la vie, et ils sont apparus en chair et en os devant moi, pour m’entraîner dans leur sillage. J’ai adoré vivre à leurs côtés et ça m’a déchirée de devoir me séparer d’eux.

            J’ai adoré Louisa, ses répliques cinglantes, son humour, sa fraîcheur, son incapacité à se taire et son sens de la répartie. C’est une forte tête, elle amène de la lumière partout où elle va, mais elle reste si fragile à l’intérieur. Comme si les morceaux qui la constituaient étaient assemblés de façon si chaotique qu’elle risquait de se briser à chaque instant. J’ai aimé suivre ses pensées, ses peurs, ses joies, ses colères. J’ai cru comprendre que certaines personnes l’ont trouvée agaçante, niaise et molle, mais ce n’était pas du tout mon cas. Je me suis tout de suite attachée à elle (malgré la bonne quinzaine d’années de différences entre nous). C’est une fille pleine de vie qui va se construire et s’épanouir petit à petit auprès de Will, se forger une identité, acquérir de l’assurance et ouvrir les yeux sur le monde qui l’entoure pour le (re)découvrir.

            J’ai adoré Will, son sarcasme, son ironie et son cynisme, la détresse et le désespoir qui émanent de lui. Il y avait quelque chose de terriblement triste de constater qu’il n’était plus que l’ombre d’un jeune homme ambitieux et plein de vie. Et c’est Louisa qui va allumer la lumière dans l’obscurité où il vit, lui permettre de sortir de sa carapace de souffrance, l’extirper de sa déprime et de ses idées morbides.

            Lou et Will se complètent. Chacun apprend à se réapproprier sa vie, ils s’ouvrent au contact de l’autre, et leur existence en est chamboulée. Leur monde s’élargit, non pas sans difficulté. Chacun rend l’autre meilleur, et on les voit évoluer au fil de ces 500 pages qui défilent sans que l’on s’en rende compte. Un duo brillant.

            Jojo Moyes aborde des thèmes que je n’avais jamais lus jusqu’ici. Le handicap, la mort assistée, le chômage… Autant de sujets sérieux et complexes qui sont traités avec brio. J’ai beaucoup appris sur la tétraplégie, les soins que cela nécessite, la vulnérabilité face aux maladies, le traitement et les nombreux médicaments, l’adaptation à un nouveau mode de vie. Et surtout, la douleur physique et psychique en permanence, le choc de ne plus pouvoir vivre comme avant, toutes ces choses simples qu’il est désormais impossible d’effectuer, les choix que l’on ne peut plus faire soi-même, le fait d’être entièrement dépendant de quelqu’un d’autre, mais aussi le regard des autres. La frustration, la colère, la douleur, la tristesse et le désespoir immense, je n’aurais jamais imaginé la plus infime partie de la vie que mènent ces invalides. Jojo Moyes m’a ouvert les yeux sur une partie de notre société que l’on s’efforce de ne pas voir, ou d’ignorer. 

            Même si l’histoire aborde un schéma assez classique malgré tout, j’ai dévoré le livre. Et plus j’avançais et plus je redoutais la fin, j’avais une folle envie de tourner les pages en arrière pour ne jamais connaître l’issue de l’histoire. Je me demandais si Lou allait réussir à faire changer Will d’avis. C’était en même temps un bonheur et un supplice de tourner les pages de ce livre.

            J’en suis ressortie chamboulée. J’ai beaucoup pleuré pendant ma lecture, comme je ne l’avais plus fait depuis Nos étoiles contraires (encore ce livre ! on croirait que c’est ma référence). Des litres d’eau salée, les yeux qui piquent, la morve pendant au nez et la gorge nouée. Chaque fois que je feuillette les pages au hasard je sens mes yeux s’embuer, c’est plus fort que moi. J’ai aimé Avant toi de tout mon cœur. C’a été une vague d’émotion qui a déferlé en moi, puissante et dévastatrice. Un coup au cœur. La naissance d’un véritable univers, qui explose et jaillit devant moi.

            Je suis passée par toutes les émotions possibles, du rire aux larmes, en passant par la compassion et la frustration. Je ne regrette pas d’avoir ouvert ce livre et de lui avoir laissé une chance, alors que je partais avec beaucoup d’a priori. C’était une lecture magnifique comme je n’en avais plus eue depuis longtemps.

Avant toi, c’est poignant, émouvant, brillant. Drôle, sublime et magique.

Une véritable découverte, une perle de fraîcheur, de douceur et de bonheur.

 

Publicités

7 réflexions sur “Avant toi, Jojo Moyes

  1. Je suis tellement d’accord avec toi ! Je lis très peu de romance, mais là j’ai été totalement retournée et j’ai aussi bieeeen pleuré 😉 La fin est parfaite, toute autre fin aurait véhiculé un message très dérangeant je trouve ! Mais, mince, qu’est-ce que ça fait mal 😦

    Aimé par 1 personne

  2. Quelle belle critique, je la trouve très bien écrite, on voit que le livre t’as transpercée en plein coeur !
    Je ne l’ai pas encore lu mais il attend sagement son tour dans ma bibliothèque. Ta critique est intéressante pour moi car elle aborde des points sur lesquels j’ai été réticente: j’avais peur que la relation suive davantage le cours de la tragédie que de la guérison psychologique… En tout cas, les thèmes abordés me plaisent beaucoup ! Grâce à toi, je pense que je le lirais plus tôt que prévu 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup, je suis touchée ! Je suis contente d’avoir pu te donner envie de le lire, j’aimerais beaucoup connaître ton avis dessus si jamais tu le sors de ta bibliothèque 🙂
      Je n’ai personnellement pas eu l’impression que l’histoire plonge dans le pathos et la tragédie, j’ai trouvé le côté romance plutôt bien dosé et pas trop envahissant. Même si évidemment ce livre est une romance à la base, les aspects du handicap ne sont pour autant pas laissés de côté 🙂

      Aimé par 1 personne

      1. De rien, je ne dis que ce que je pense, hihi.

        C’est ça justement, je pensais que ça allait être dans le larmoyant, donc j’étais très réticente. J’ai déjà du mal avec les contemporain alors lorsqu’ils sont remplis de drames pour faire pleurer le lecteur (alors que souvent il y avait d’autres solutions), je finis par détester le livre lol…

        J'aime

  3. Pingback: Chroniques filantes – Le Quai des Brumes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s