Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates, Ann Mary Shaffers & Annie Barrows

Le Cercle Littéraire des Amateurs d’Epluchures de Patates ...


  • Nil éditions
  • 395 pages

            « Janvier 1946.  Tandis que Londres se relève douloureusement de la guerre, Juliet, jeune écrivain, cherche un sujet pour son prochain roman. Comment pourrait-elle imaginer que la lettre d’un inconnu, natif de l’île de Guernesey, va le lui fournir ? Au fil de ses échanges avec son nouveau correspondant, Juliet pénètre un monde insoupçonné, délicieusement excentrique ; celui d’un club de lecture au nom étrange inventé pour tromper l’occupant allemand, le « Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates ». De lettre en lettre, Juliet découvre l’histoire d’une petite communauté débordante de charme, d’humour, d’humanité. »


            J’ai vu ce livre une ou deux fois sur la blogosphère, mais il ne m’était pas resté en tête très longtemps, jusqu’à ce que je tombe sur lui dans une brocante (un jour il faudra que je vous parle de ma passion pour les brocantes.) Le résumé et le titre m’ayant interpellée, je l’ai donc acheté (pour 50 centimes le livre, je n’avais pas grand-chose à perdre !). Eh bien vous savez quoi ? Ce livre est la preuve qu’on peut trouver des pépites parmi les stands d’une brocante ! Car je l’ai adoré, du début à la fin. En fait, même avant de le commencer, quelque chose me disait que j’allais aimer…

            Juliet écrit des livres, mais elle a du mal à retrouver de l’inspiration, surtout en cette période d’après-guerre. Cependant, une lettre d’un inconnu provenant de l’île de Guernesey pourrait bien changer la donne… On suit la correspondance de Juliet avec ce jeune homme, puis peu à peu avec les autres membres du club de lecture dont il fait partie.

            C’est un roman épistolaire, et, bien que je n’en lise pas beaucoup, c’est un genre qui ne me dérange absolument pas. L’histoire n’aurait d’ailleurs pas été pareille si elle avait été relatée sous forme de récit. Les lettres ont quelque chose d’authentique et d’attachant.

            L’histoire n’est pas si banale que ça, car elle nous apprend beaucoup de choses sur l’Occupation Allemande dans les îles Anglo-Normandes, dont on ne parle pas forcément beaucoup. Les lettres retracent la vie des insulaires sous la domination allemande, privés de tout contact avec l’extérieur. J’ai ainsi pu me rendre compte de la difficulté de cette période, et que la guerre n’avait épargné personne. J’ai appris les conditions de vie difficiles, la peur, la soumission et les restrictions qu’ils ont subis. Mais on se rend compte que les soldats allemands ne sont pas juste des soldats, qu’ils ont eux aussi été victimes de cette guerre. Ce livre nuance les idées que l’on peut se faire sur l’armée allemande : tout n’est pas noir et blanc, c’est bien plus compliqué que de mettre les allemands d’un côté et les Alliés de l’autre. Enfin bon, rien de nouveau sous le soleil, vous me direz.

            Il y a autre chose que j’ai beaucoup aimé dans ce livre, c’est l’évocation de la lecture et de tout ce qu’elle peut apporter, même aux personnes qui ne lisaient pas. En effet, le Cercle de littérature a été créé durant la guerre, et à travers les lettres, on peut se rendre compte de l’impact qu’a eu la littérature sur chacun des membres du Cercle. D’ailleurs, ces derniers parlent, et m’ont fait découvrir par la même occasion, de livres très différents, qui ont eu un impact, voire changé leur vie. Bref, la lecture, c’est merveilleux, quoi.

            Je pense que le gros point fort de ce roman réside dans les personnages. Il y en a une multitude, mais chacun est différent, doté d’un caractère et d’une personnalité propres, donc je n’ai pas eu de mal à m’y repérer. J’ai adoré les membres du cercle, ils sont tous très attachants et touchants. J’ai bien sûr aussi aimé Juliet. Elle est fantasque, drôle, têtue, joyeuse, attendrissante, sincère et pleine de vie. J’ai adoré les touches d’humour dont ses lettres étaient saupoudrées et sa relation avec les autres personnages. Elle donne l’impression d’être une bonne copine que j’ai toujours connue et que j’aimerais serrer dans mes bras. Les personnages sont très diversifiés, c’est comme si je les connaissais depuis une éternité.  Ils sont hauts en couleur, pétillants et chaleureux. J’ai vraiment adoré les suivre, parcourir leurs lettres avec avidité, et chaque fois que j’ouvrais mon livre c’était comme retrouver de vieux amis.

            Bien que ce roman aborde des sujets pas très joyeux, l’histoire est loin d’être sombre, dramatique et tragique. Bien au contraire, j’ai plusieurs fois souri, car c’est un récit qui reste léger, malgré les sujets traités. J’ai vraiment ressenti ça comme un concentré de bonheur et de malice, et je me suis immergée dans l’histoire pour me laisser emporter. J’avais vraiment l’impression d’être sur l’île avec eux, de sentir l’air marin et le vent dans mes cheveux, de voir la nature sauvage et la mer immense.

            Ok, ce livre est une petite pépite. J’ai adoré, du début à la fin. C’est une excellente histoire que j’ai aimé suivre, en compagnie de Juliet et de tous ses amis. Je la qualifierai de « feel good ». Les personnages m’apparaissaient comme réels et m’ont entraînée dans leur sillage, pour vivre une aventure exaltante et débordante d’énergie positive. Je vous le recommande vivement !

Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates, c’est drôle, fantasque, touchant, tendre et attachant. Des personnages délicieux et agréables à suivre, bref une excellente histoire !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s