Chroniques filantes

Hello !

              Me voilà de retour, après le mois de juin placé sous le signe du bac, et le début du mois de juillet placé sous le signe de la coupe du monde de la détente… Avec les révisions, je me suis rendue compte que je n’avais pas touché à un livre depuis près de trois mois, donc il était grand temps d’y remédier.

            Bref, je n’avais pas de quoi faire de longues chroniques détaillées pour chaque livre, c’est pourquoi j’ai décidé de les regrouper en un seul article. Petit format, grandes histoires !

On commence par Je suis ton soleil, de Marie Pavlenko :

      je suis ton soleil Pavlenko  Marie Neuf Livre      Je suis ton soleil, c’est l’histoire de Déborah qui entre en terminale et que l’on suit pendant toute une année parsemée de hauts et de bas, avec à la clé le bac et la délivrance. Le scénario n’est pas exceptionnel, il aborde cette année charnière à la fin de laquelle la vie prend une nouvelle direction, bref un carrefour de décisions dont Déborah se passerait bien, car elle a d’autres problèmes plus urgents à régler. Entre autres : sa mère, son père, sa meilleure amie, son chien, des mygales…

 L’histoire est légère et drôle, c’est un roman qui se lit relativement vite et que j’ai trouvé très agréable, mais loin d’être exceptionnel. En clair : il ne marque pas les esprits. Je m’attendais à ce que l’autrice aborde un peu plus le thème et l’importance (ou la non importance, selon les avis) du Bac, ainsi que ce moment spécial au goût doux-amer qu’est la dernière année du lycée, où l’on sait que plus rien ne sera pareil l’année prochaine. Bref ce n’est pas un aspect que Marie Pavlenko a choisi de développer, cependant d’autres thèmes importants sont traités, notamment à travers la relation entre Déborah et sa mère. Je suis ton soleil est un roman feel-good, qui parle d’amitié, d’amour maternel et paternel, et de tout un tas d’autres choses qui rendent l’histoire pétillante et ensoleillée.

On enchaîne sur un sujet clairement moins drôle mais pas moins passionnant avec Inséparables, de Sarah Crossan.

 Le blog de Galleane: Inséparables de Sarah CrossanInséparables est un roman écrit en vers libres qui me faisait de l’œil depuis que j’ai découvert Clémentine Beauvais et son Songe à la douceur, également en vers libres. Cette dernière évoque souvent Sarah Crossan sur son blog, et étant donné le succès retentissant qu’a eu Inséparables, j’étais vraiment très très curieuse de découvrir l’histoire. C’est donc un récit rédigé en vers libres, ce qui n’est pas gênant mais au contraire très fluide et poétique.

Inséparables conte l’histoire de deux sœurs siamoises, Grace et Tippi, qui entrent au lycée. Ceci pourrait être totalement banal sauf qu’elles ont toujours été scolarisées à domicile. Rappelons également qu’elles sont siamoises, et donc qu’elles sont désormais forcées de s’exposer à la vue et aux critiques de tous, qui s’empressent bien évidemment de reluquer leur particularité.

            Etant donné qu’il est rédigé en vers libres, ce livre est très, voire trop rapide à lire, ce qui est bien dommage puisque le sujet est plus qu’intéressant. J’ai vraiment beaucoup aimé suivre Grace et Tippi dans leur nouvelle vie, découvrir la difficulté de vivre en tant que sœurs siamoises. Les regards, les moqueries, les commentaires mais aussi la curiosité malsaine, les gestes craintifs et distants des autres, Grace et Tippi les subissent régulièrement, souffrant de leur statut de « monstruosité » ou d’attraction publique. Ce roman m’a donné envie de m’intéresser davantage à la vie des personnes siamoises car il est vrai qu’on en parle très peu. Cependant, j’aurais aimé avoir plus d’informations sur la vie des siamois ; en effet dans Inséparables, on est dans les émotions brutes et les sentiments plutôt que les renseignements et descriptions. Evidemment, ce n’est pas un documentaire… Je me dis que c’est le genre d’histoire qui peut pousser les gens à se renseigner et qui met en lumière des sujets très peu abordés, autant dans la littérature que dans la société (dans la même veine qu’Avant toi).

            Bref, Inséparables, c’est touchant et émouvant ; les sentiments et émotions transparaissent gracieusement à travers des mots délicatement choisis. On se prend d’affection (et non de pitié) pour Grace et Tippi, on a mal avec elles, on est en colère avec elles, mais on s’amuse et on profite aussi de la vie avec elles. Tout ça avec beaucoup de délicatesse et sans tomber dans le pathos.

Pour sécher mes yeux mouillés, je me suis ensuite tournée vers un registre plus léger et ai décidé de lire De Cape et de mots, de Flore Vesco.

Alors là, DE CAPE ET DE MOTS – Flore Vesco | Librairie Les Buveurs d ...s’il n’y avait qu’un seul livre à retenir de cette liste, ce serait celui-ci ! J’avais entendu parler de De cape et de mots à quelques reprises sans y prêter vraiment attention, mais je suis tombée dessus à la médiathèque et je l’ai embarqué sans trop réfléchir (de toute façon, un livre de plus ou de moins dans mon sac n’aurait pas changé grand-chose, au stade où j’en étais). Ô combien je ne regretterai jamais cette décision.

Après avoir englouti Inséparables, cette couverture commençait sérieusement  à m’intriguer donc je me suis plongée dans l’histoire sans plus attendre. Serine refuse de se marier, mais pour sortir sa famille de la pauvreté, elle décide de devenir demoiselle de compagnie à la cour du Roi. La tâche n’est pas aisée car la reine est capricieuse, sotte et …chiante. Oui, très clairement, la reine (et toute la cour, en fait) est imbuvable. La vie à la cour du roi est donc loin d’être de tout repos mais Serine s’avère être pleine de ressources et de talents cachés.

            J’avais peur que De cape et de mots soit un peu trop jeunesse pour moi et je n’avais pas beaucoup d’attentes quant à ce livre, mais je ne me suis au final pas du tout ennuyée pendant ma lecture. Car l’action et les rebondissements sont au rendez-vous, tout comme les farces et les charades. Le rythme est ni trop lent ni trop rapide, bref il est parfait. C’est frais, léger et drôle, tout en restant mesuré et sans tomber dans l’excès.

J’ai adoré Serine, qui est une héroïne attachante, audacieuse, intrépide, mais aussi intelligente, forte et indépendante. Serine bouleverse la cour du Roi, elle est géniale ! J’ai également fortement apprécié (pour ne pas répéter « adoré ») la plume de Flore Vesco, légère, aérienne, mais également mordante et teintée d’humour. Il y a quelques révélations que j’ai senti venir mais cela ne m’a pas empêché d’apprécier ce roman décapant.

            De Cape et de mots est plus qu’un roman feel good, c’est un livre qui se déguste comme un bonbon acidulé. Je l’ai très clairement dévoré et je me suis régalée. Aussi savoureux qu’une esperlune, et aussi pétillant qu’une lifrejole, je le recommande à 200% !

Je termine enfin avec Cinder, de Marissa Meyer, qui constitue le premier tome des Chroniques Lunaires.

Couvertures, images et illustrations de Les Chroniques ...
La couverture VO est bien plus belle, à mon humble avis

Cinder est une réécriture moderne du conte de Cendrillon qui m’aura fait passer un bon moment, sans toutefois être exceptionnelle. On y suit Cinder, jeune mécanicienne cyborg dans la ville de Néo-Beijing ravagée par une étrange épidémie et qui rencontre un jour le prince. On y retrouve bien évidemment les éléments clés du conte tels que la méchante belle-mère, les belles sœurs, la pantoufle de verre et le bal qui sont adroitement revisités.

J’ai trouvé le début un peu cliché et certains événements étaient tout à fait prévisibles (les indices étaient beaucoup trop gros…), mais cela n’a pas vraiment gâché ma lecture. Cinder est une héroïne indépendante, pas trop niaise ni naïve et je dois avouer que son côté cyborg était intéressant. Néanmoins il y a vraiment trop peu d’informations sur le contexte (dystopique), la maladie,  les cyborgs et la façon dont ils sont traités, les Lunaires qui ont un rôle important dans cette histoire, etc. Bref ce tome est clairement une introduction à la saga, il pose les bases du monde inventé par Marissa Meyer. J’espère bien que l’univers n’a pas été posé juste « comme ça », pour planter un décor et j’attends d’en apprendre plus dans le tome deux.

    J’ai effectivement bien envie de lire la suite qui porte sur un personnage autre que Cinder et que j’ai bien envie de découvrir, mais je ne me ruerai pas dessus non plus. En somme, Cinder est une réécriture inventive et originale qui conserve l’essence du conte, et j’ose espérer que l’univers, l’intrigue et les personnages seront davantage étoffés dans les tomes suivants.

Cet article touche à sa fin, merci de l’avoir lu jusqu’au bout ! Je vais essayer de reprendre un rythme plus régulier sur le blog (j’ai bien dit « essayer » hm), en attendant je vous souhaite à tous de belles vacances ensoleillées ! 

 

Publicités

2 réflexions sur “Chroniques filantes

  1. Mais oui, reprends le rythme, j’aime bien lire tes chroniques (je te l’ai déjà mais je le redis: j’aime bien ta façon d’écrire et de t’exprimer) 😀

    Les livres que tu présentes sont très intéressants, tout comme les réflexions derrières ! Ils me font tous envie (sauf Cinder que j’ai déjà dans ma PAL, euuuuuhhh). D’ailleurs, les points négatifs que tu soulignes à propos de ce premier tome sont exactement les problèmes que je craignais ! Mais il faudrait bien que je me lance un jour, si ça se trouve, la suite va balancer de la cacahuète !!!

    Aimé par 1 personne

    1. Ah merci beaucoup, ça me fait très plaisir ! ♥
      Je te conseille vivement tous les livres de cette liste, mais surtout De cape et de mots si tu cherches un truc un peu détente héhé 😀 J’espère que tu vas laisser sa chance à Cinder, le bouquin n’est pas parfait mais il n’est pas médiocre non plus xD Et oui, si ça se trouve la suite promet du lourd ! Je t’avoue que je suis un peu curieuse haha

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s